Dossier : Bizarre bizarre

Bizarre, étrange... Ces mots sonnent souvent comme quelque chose de perturbant, d’éloignant, ou d’attirant parfois. Ces termes

sont décrits, en se référant à leur définition dans le Larousse, comme quelque chose qui "frappe par son caractère singulier, insolite,

surprenant (...)." L’essence de ces termes existe depuis l’aube de l’Homme, s’inscrivant dans ses affects et comportements,

par le biais de son évolution, aussi bien physiologique, culturelle, cultuelle, sociale et territoriale.

- Victoria Renand, Lucie Carlet, Andréa Canovas, Pauline Choppin et Jean-Philippe Mouillaud

Giovanni ‎Gasparro.jpg

Introduction

Imaginons les sentiments ressentis par celui-ci lors de la découverte de nouveaux lieux, d’animaux Jusqu’alors inconnus, de peuplades différentes mues par des agissements, physionomies et accoutrements ou peintures jusqu'ici ignorées. Que dirent des rêves qui ont et nourrissent toujours certaines croyances, revêtent parfois un caractère incroyable, de sentiments étranges et inédits face à des situations imaginaires ? D'après la théorie de Mori Masahiro, plus un robot androïde s’approche d’un être humain, plus ses imperfections sont perçues comme monstrueuses. Ce ne serait qu’a partir d’une certain niveau de réalisme dans l’imitation que les robots humanoïdes seraient viables "socialement". Le terme "vallée" est choisi pour illustrer le pont à franchir entre l’évolution dans la ressemblance menant à un rejet jusqu’à un seuil de réalisme permettant une acceptation plus large.

Ces termes nourrissent depuis "toujours" la création humaine, l’Art en tête de proue. Par exemple, dans La métamorphose de Kafka , où le protagoniste se réveille dans la peau d’un cancrelat, subissant de ce fait le courroux et le rejet de sa famille, ou dans la première nouvelle du recueil de Lovecraft Je suis d’ailleurs, où un être se retrouve confronté a sa propre apparence monstrueuse. Dans ses deux oeuvres, c’est bien le miroir qui nous est tendu qui nous renvoie à notre propre différence pour l’autre ou à la proximité à celui ci, au reflet qui nous attire ou nous révulse lorsque l’on le dénie ou l’accepte, qui nous définits; et de ce fait induit une valeur morale "propre à notre espèce."

De la Bible également, où l’accueil de l’étranger est une règle morale qui prouve notre fraternité humaine, à la xénophobie, qu’elle soit une peur irréelle ou fondée, une hostilité de principe culturel et/ou sociale. L’étrange et le bizarre, bien que se désagrégeant de plus en plus à notre époque guidée par la science et le progrès, sont devenus et restent aujourd’hui des termes qui illustrent le lien entre imaginaire (croyances, légendes, superstitions…) et réel (science, histoires avérées, réalités attestées...). Ils seront pour toujours un des fondements de notre histoire, qu’elle soit personnelle ou humaine.

Lyon et ses mystères

Sous ses airs de grande bourgeoise, Lyon sait aussi cultiver ses mystères. Des lieux à l’abri des touristes, qui ne se dévoilent

qu’aux plus entreprenants et aux adeptes d’expériences alternatives. - par Choppin P. et Canovas A.

INTERVIEW

Les histoires décalées de Nicolas Le Breton

Nicolas Le Breton est auteur, conférencier depuis vingt ans sur Lyon. Il y a peu il fonde Histoires Décalées. Avec lui, vous ne verrez plus Lyon de la même façon, il vous dévoilera les plus lourds secrets que notre belle ville renferme à travers des visites à thèmes. Canovas A.

PRESENTATIONGENERALE.jpg

PRÉSENTE-NOUS TON PARCOURS

J’ai une double casquette depuis des années qui est celle d’auteur et de guide conférencier, mon premier métier. J’ai passé un diplôme dans ce domaine que j’ai exercé pendant près de 20 ans dans le tourisme patrimonial. Il y a 4 ans, je me suis mis en indépendant, je propose donc des visites sur l’histoire ésotérique de Lyon. Je suis aussi éditeur, donc j’édite ou réédite des textes en rapport avec l’histoire de l’ésotérisme à Lyon, afin de les proposer en compléments de visite. Histoires Décalées c’est l’idée de proposer des histoires différentes, celles parallèles à la grande Histoire. Cela permet de faire visiter la ville autrement.

 

DEPUIS QUAND T’INTÉRESSES-TU AS L’HISTOIRE DE LYON ET À SES MYSTÈRES ?

Tout est parti d’un projet que mon éditeur m’avait proposé : créer un livre sur l’histoire de l’ésotérisme à Lyon. Un travail fulgurant tellement il y a d’informations, qui n’aurait jamais pu voir le jour en un seul ouvrage. Voilà maintenant 15 ans que j’accumule des livres sur le sujet, je vais chiner chez les libraires pour trouver les petits recueils et fascicules oubliés, afin d’en apprendre un maximum. Je me suis aussi beaucoup renseigné sur l’ésotérisme de manière général. C’est donc une recherche continue, en accumulant de la documentation et des ouvrages sur la question.

 

COMMENT AS-TU BÂTI TA CULTURE AUTOUR DE CE THÈME ?

C’est en ayant une certaine culture générale sur des sujets précis comme : la franc-maçonnerie, les roses croix ou encore l’alchimie. À partir de là, on regarde ce qui s’est passé sur Lyon, et il s’est passé énormément de choses. Toutes les élites lyonnaises jusqu’au 19e siècle et même au delà faisaient partie d’un groupement ésotérique d’une certaine ampleur !

 

LYON N’A PLUS DE SECRETS POUR TOI, D’AILLEURS TU PROPOSES DES VISITES GUIDÉES,

PEUX-TU NOUS EN DIRE UN PEU PLUS À CE SUJET ?

Ma spécialité est de proposer des projections lors de mes visites, par exemple durant « Sorcellerie et occultisme", nous allonssur les lieux en question et puis je projette les portraits des personnages qui ont vécu sur place pour illustrer mes histoires. Ça me permet d’invoquer les esprits mais de manière sécurisée, ils ne dépasseront pas la machine, en 3 ans je n’ai pas relevé de cas de possession ou autre (rire).

 

COMMENT SE PASSE UNE VISITE AVEC TOI ?

Ça se passe en 2h la plupart du temps. En général c'est plutôt de nuit, mais pas toutes, pour la Cathédral ça se passe en journée. Je propose donc différents thèmes : "Sorcellerie et occultisme" sur la Croix-Rousse, "Mage et humaniste" sur les sociétés secrètes savantes de la renaissance, les secrets de la cathédrale. Il y a aussi "Esprit es-tu La ?", où je raconte l’histoire du magnétisme et du spiritisme à Lyon. Et pour finir, je propose également la visite « Grands Criminels lyonnais" ainsi que "Canut et Franc-maçonnerie", propre à la Maison des Canuts un samedi après-midi par mois.

 

TU ES ÉGALEMENT AUTEUR, PLUS DE 5 LIVRES À TON ACTIF, DEPUIS QUAND ÉCRIS-TU ?

J’écris depuis les années 90, mais j’ai été publié professionnellement à partir de 2008. L’envie d’écrire m’est venue à la fin de mes études quand j’étais au Japon. C'est après ce séjour et la rédaction de mon mémoire de maitrise que j’ai réalisé que j’adorais écrire ! Mon premier livre a été la Geste de Lyon, 3 livres que j’ai écrit successivement qui décrivent le passage de Lyon au Royaume de France au 14e siècle avec une intrigue policière derrière, des assassins… C’est un roman historique réédité à de nombreuses reprises.

 

PARLE-NOUS DE TON DERNIER LIVRE

Le dernier livre que j’ai écrit n’est pas encore publié, mais ça ne devrait plus tarder. Je me suis lancé avec une co-autrice sur des romans jeunesses, la collection s’appelle "Quand est-ce qu’on lit ?" et la série s’appelle « La langue des siècles", c’est l’histoire de 3 enfants qui trouvent une lampe antique et ils doivent rendre des services au génie prisonnier à l'intérieur. Ils se baladent donc de siècle en siècle pour essayer de trouver les perles qui permettront de le libérer.

 

POUR TOI, QUELLE EST L’ANECDOTE TU PRÉFÈRES RACONTER LORS DE TES VISITES ?

Il y en a tellement... Celle de la réputation sulfureuse de Henri- Corneille Agrippa, mais aussi celle du procès de sorcellerie de Lyonnais, jugés comme sorciers à Dijon dans les années 1740. C’est d’ailleurs le dernier grand procès de sorcellerie de cette époque-là.

 

UN DERNIER SECRET À NOUS DÉVOILER ?

Il y a un endroit particulier où devant lequel tout le monde passe sans faire attention, sur le tournant du Palais du Commerce sur la rue de la République. Si on regarde attentivement, il y a une dalle rouge au sol, accompagnée d’une plaque contre le Palais du Commerce, celle-ci marque l’emplacement exact où le président de la république Sadi Carnot à été assassiné par un anarchiste. Ouvrez l’oeil !

Le musée Testut Latarjet d'anatomie

Les musées médicaux offrent parfois des spectacles qui demandent à leurs visiteurs d’avoir du cran ! Bienvenue au Musée Testut Latarjet d'anatomie. Il a fêté ses 160 ans d’existence mouvementée, pourtant il est souvent mal connu des lyonnais. Accrochez-vous ! - Carley L. et Canovas A.

9c71c7bad37b28eb23c853e3589be0e8.jpg

L’UN DES PLUS VIEUX MUSÉES DE FRANCE

Fondé en 1854, le musée a fêté ses 160 ans en 2014. Très peu connu du grand public, il naît dans le cadre de l’école préparatoire de médecine de Lyon. Il rassemble des collections de pièces offrant un panorama complet de l’anatomie humaine et des thérapeutiques anciennes. Une liste exhaustive est difficile à faire tant le fond du musée est riche. Son nom a été choisi en 1922 et vient de deux grands professeurs d’anatomie lyonnais, Léo Testut (1877) et André Latarjet (1919).

 

LA COLLECTION ET LA PÉDAGOGIE

Deux objectifs parallèles qui font la richesse du lieu. Le musée rassemble quelques pièces rares issues des cabinets hospitaliers et de dons privés. En 1921, la Société des Sciences Médicales de Lyon fusionne avec la Société de Médecine, à cette occasion d'importantes collections anatomiques et d’instruments sont incorporées au musée. Si l’anatomie reste un point fort, le choix a été fait de mettre en valeur des collections jamais exposé traitant de l’histoire générale de la médecine comme les évolutions des idées et les grandes innovations. Vous trouverez au sein du musée neuf collections, toutes plus intrigantes les unes que les autres. Si la monstruosité vous fascine, alors le département de tératologie, la science des malformations est une collection adéquate.

 

UN MUSÉE VAGABOND

Initialement installé dans des salles de l’Hôtel-Dieu de Lyon, il s’installera à la faculté de médecine en 1877 puis en 1930 sur le site du domaine Rockefeller. À la fin de 2015, le Musée a quitté ses locaux et a trouvé un asile provisoire dans d’anciens bâtiments militaires mis à sa disposition par la municipalité de Rillieux la Pape. À termes les collections seront réinstallées sur le site du fort de Vancia dans de vastes locaux qui permettront de valoriser au mieux cet ensemble patrimonial de grande valeur. Ce musée regroupe fascination, étrangeté, mais aussi de grandes découvertes scientifiques qui ont fait avancer la médecine. Oseriez-vous franchir ses portes ?

Bibliothèque & Cinéma