LOLITA PRUNE

La girly culture !

Lolita Prune vagabonde dans toute la France afin de développer sa peinture et perfectionner son apprentissage dans le tatouage. Laura est une véritable touche à tout puisqu'en parallèle, elle réalise des vitraux, de la mosaïque, de la sculpture, de l’animation, de la customisation de pièces vintages

et de la photographie.- par Pauline Choppin

lolita_portrait_anais.jpg

Depuis toute petite, Lolita Prune baigne dans la création. Elle définit son travail comme étant un trop-plein d’images, de références, d’émotions, de couleurs saturées qui interrogent le rapport au mauvais goût. Pour elle, c’est un moyen d’apaiser son esprit où passions, pensées, idées et interrogations se mêlent.

portrait_anais.jpg
lolita_peinture2.jpg
lolita_custom3.jpg

TOUJOURS INSPIRÉE

Laura nous explique que plus il y a d’outils à utiliser, de la matière à transformer, du bazar sur son plan de travail, des mains salles ou blessées, plus elle va se sentir à sa place. "Ma manière de travailler reste toujours fastidieuse, détaillée et ritualisée : du tatouage à la peinture en passant par le vitrail, j’aime passer des heures sur le détail d’une production." Même si ses sources d’inspiration changent souvent, Laura reste toujours attirée par des univers comme l’iconographie chrétienne, la girly culture ou encore le mouvement "camp."

L'APRÈS

Elle souhaite, par la suite, continuer à se former au tatouage afin d'en faire légitimement une partie importante de son métier, trouver une résidence artistique pour prendre le temps de peindre, faire des vitraux, de la mosaïque et du modelage. Son projet à plus long terme serait de retaper une vieille maison dans le Sud-Est de la France et d’y construire un grand atelier où elle pourrait pratiquer tous les médiums qui la passionnent, au beau milieu de la campagne qui lui est chère.