Interview

ÉLODIE, FONDATRICE
DE NEUF JUILLET

« Ayez confiance et vous serez capable
de tout réussir »

Fin 2019, Élodie Mégard termine son master en communication digitale et décide de créer sa propre marque de bijoux, "Neuf Juillet". C’est très jeune qu’elle se lance dans l’aventure de l’entreprenariat. Mood est parti à sa rencontre, pour échanger sur la motivation et les étapes dans la création d’une entreprise. - Rédaction Blateyron Z.

Neuf-Juillet_13.jpg

PEUX-TU TE PRÉSENTER ?

Je m’appelle Élodie Mégard et je suis la créatrice de la marque de bijoux Neuf juillet ! Je suis bretonne d’origine et j’ai fait des études de communication. Fin 2019, j’ai décidé de lancer ma propre entreprise pour mettre directement en application tout ce que j’avais appris durant mon master. J’adore la communication, mais le statut de salariée ne me plaisait pas plus que ça… Je préfère avoir la liberté de pouvoir tout créer, sans directives autre que les miennes. Fin 2019, j’étais au chômage à la suite de mon alternance, et j’ai eu le déclic de lancer ma marque de bijoux à cette période.

POURQUOI AVOIR CHOISI LE DOMAINE DU BIJOUX PLUTÔT QU'UN AUTRE ?

C’était une évidence pour moi ! J’ai toujours eu un fort lien avec les bijoux depuis que je suis toute petite. J’en porte tout le temps et je ne les enlève jamais, même quand je dors et sous la douche ! On m’en a toujours offert, et je trouve qu’ils ont une symbolique particulière, car c’est quelque chose que tu peux avoir sur toi tous les jours. Ils m’ont beaucoup aidé à avoir confiance en moi, car ils attiraient le regard sur autre chose que mes complexes. Aujourd’hui, c’est plus un réflexe qu’un artifice, mais je me vois mal vivre sans. Petite anecdote, quand je prenais l’avion avant, je passais beaucoup de temps à enlever tous mes bijoux à la douane ! Maintenant, je m’y prends à l’avance pour ne pas embêter les gens derrière moi (rires).

QU'EST-CE QUI T'AS MOTIVÉ À TE LANCER AUSSI JEUNE ?

J’ai adoré mes études et je voulais mettre en application mes compétences tout de suite. J’avais envie d’avoir « mon bébé » et de montrer que je savais faire pleins de choses ! J’ai beaucoup d’imagination et je pouvais la mettre en pratique sans être dirigée par un patron. Par exemple, le nom de la marque « Neuf juillet » est la date de naissance de ma petite sœur dont je suis très proche ! J’avais envie de créer une marque aussi pour elle. De plus, lorsque l’on est auto-entrepreneuse, tout est plus intense. Vu que je suis toute seule, toutes les victoires, je ne les dois qu’à moi-même. C’est super épanouissant de voir tout ce que j’ai pu construire à partir de rien !

AVAIS-TU DES CONVICTIONS OU DES ATTENTES PARTICULIÈRES EN CRÉANT TA MARQUE ?

Il y avait des choses indispensables que je voulais pour mes bijoux. Par exemple, ils devaient impérativement résister à l’eau pour celles qui ne les quittent jamais comme moi. Je voulais aussi des médaillons, une production française et qu’ils soient modulables. Concernant mes attentes, je savais que ça n’allait pas être toujours facile et j’y étais préparé. Je n’avais pas de compétences dans le bijou et je ne connaissais personne ayant créé une entreprise. Pourtant, j’ai réussi à me débrouiller. J’ai fait des croquis, j’ai présenté mon projet à des fabricants et ils m’ont aidé à la conception. Personne ne peut s’imaginer tout le travail qu’il y a derrière un seul produit. Ce sont des heures de réflexions, de modifications, de stress aussi car chaque décision est importante ! Parfois, on choisit une chaîne pour un bijou, on n’est pas sûr que ça rende bien, et pourtant on investit beaucoup d’argent dedans. Cependant, je suis quelqu’un qui a beaucoup confiance en la vie, je suis optimiste donc ça m’aide à garder la motivation. 

DU FAIT DE TON JEUNE ÂGE, AS-TU RENCONTRÉ DES DIFFICULTÉS ?

Non, justement j’ai eu beaucoup de chance. Je pensais ne pas paraître crédible aux yeux des banques ou des fabricants, et finalement, j’ai été très surprise, car tous étaient super enthousiastes à l’idée que je sois jeune. Auprès des banques, j’ai toujours cru en mon projet, et je savais que je le ferais quoi qu’il en doute. Même si je n’obtenais pas un prêt dans une, j’en obtiendrais un dans une autre. Je pense que ma confiance a réussi à en convaincre plus d’un !

Neuf-Juillet_05.jpg
Neuf-Juillet_11.jpg

AS-TU D'AUTRES PROJETS EN PRÉPARATION ?

Oui beaucoup, plus ou moins sur le long terme. Tout d’abord, je travaille avec Maison Guirec, qui est une plateforme mettant en avant le savoir-faire français, des petites marques comme les miennes. Grâce à eux, je vais pouvoir vendre mes bijoux dans une boutique éphémère prochainement. Sur le long terme, j’aimerais sortir de nouvelles collections, mais j’ai encore besoin de financement. J’aimerais aussi créer de nouvelles entreprises car je trouve cela très épanouissant. La chose la plus importante pour le moment c’est de réussir à vivre de ma passion, car je suis obligée de travailler en tant que vendeuse 35h à côté pour les financements de la boutique.

AS-TU DES CONSEILS POUR CELLES ET CEUX SOUHAITANT SE LANCER ?

Ne vous laissez pas guider par la peur, sinon vous aurez des regrets ! Pour moi, il faut avoir envie de s’épanouir, et pour certains, être salarié, ce n’est pas ce qui vous rendra heureux. Je comprends totalement que certains ont peur, mais je trouve ça dommage de passer à côté d’un accomplissement pareil. Il y a toujours des solutions à tout, alors il faut prendre le risque parfois, pour être sûr de ne rien regretter. J’ai réussi alors je pense que tout le monde peut réussir !